Romance

#435 Un bonheur imparfait de Colleen Hoover

Hugo roman
332 pages
17 euros

Graham et Quinn sont tombés profondément amoureux il y a sept ans. Après une rencontre improbable, ils ont vite compris qu’ils étaient faits l’un pour l’autre. Et puis ils se sont mariés et ont commencé à parler de fonder une famille. Les mois, les années ont passé et Quinn et Graham ne sont toujours que deux et leur couple semble s’effriter un peu plus chaque jour. Le désir de Quinn de devenir mère est devenue une obsession qu’elle n’est plus très sûre que Graham partage totalement. Leur relation se distend et ils semblent de moins en moins se comprendre. Est-ce que l’amour même quand il est aussi fort peut mourir quand les épreuves se multiplient ou au contraire peut-il en sortir renforcé ?

Note : 5/5

Mon avis :

Ce roman a été une sacrée claque. Un immense coup de cœur pour une immense et bouleversante histoire. Une histoire d’amour qui part à la dérive sans que rien ne semble l’en empêcher.

Dans ce lire, Colleen Hoover décortique avec précision et douceur ce couple qui ne partage plus rien après s’être aimé passionnément.

Les chapitres alternent entre le passé le présent. La rencontre, la passion, l’envie d’enfant, l’absence de maternité, l’obsession, le déchirement, la colère, l’injustice. Tous ces thèmes si beaux ou si douloureux sont passés au crible dans les introspections de Quin.

Quin ne vit plus. Elle attend de tomber enceinte. A tel point que même son mari ne la comprend plus. Car dans sa douleur, plus rien d’autre ne la touche. Il est très difficile lorsqu’on a eu la chance de ne pas vivre le drame de Quin de se mettre à sa place et de la comprendre. Car d’un point de vue extérieur, elle semble si froide et dure, égoïste même. Pourtant, comment juger ? Comment accepter une telle injustice ? Comment renouer le dialogue pour essayer d’aller mieux, pour sauver son couple ? Quin est tellement émouvante …

Graham est un homme incroyable. Sa plus grande douleur, c’est de ne pas pouvoir permettre à sa femme d’aller mieux. De ne plus pouvoir l’approcher pour la réconforter. Nous n’avons pas le point de vue du jeune homme. Pourtant son attitude est juste bouleversante. Mais il est facile de voir que ce n’est qu’un homme et que lui aussi souffre tellement. Et qu’il va finir par commettre une terrible erreur.

Ce que j’ai aimé dans cette histoire, c’est la magie de la plume de Colleen Hoover. Ses personnages sont brisés et si touchants. De plus, même si nous n’avons pas le point de vu de Graham, nous savons ce qu’il ressent. Nous voyons cet homme si solide et amoureux d’effondrer en même temps que sa femme. Nous le voyons se battre pour l’aider et sauver son mariage. Ca en devient presque un huis-clos parfois étouffant de douleur.

Tout est magnifique ici. Le cheminement de Quin, l’histoire d’amour en elle-même et la façon dont ils se sont construits au début de leur relation, les petits détails qui permettent à Quinn de ne pas se fermer totalement sans même qu’elle ne le comprenne elle-même. Les dialogues sont parfois durs, comme toutes les disputes finalement. Mais à aucun moment l’auteure n’excuse les erreurs de ses personnages. Ils sont justes là, irréversibles, terriblement humains.

9 réflexions au sujet de “#435 Un bonheur imparfait de Colleen Hoover”

Alors, vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s