Roman

#517 Les Malaussène de Daniel Pennac (1/7) | Au bonheur des ogres

Folio
285 pages
8 euros

 

Côté famille, maman s’est tirée une fois de plus en m’abandonnant les mômes, et le Petit s’est mis à rêver d’ogres Noël.
Côté cœur, tante Julia a été séduite par ma nature de bouc (de bouc émissaire).
Côté boulot, la première bombe a explosé au rayon des jouets, cinq minutes après mon passage. La deuxième, quinze jours plus tard, au rayon des pulls, sous mes yeux. Comme j’étais là aussi pour l’explosion de la troisième, ils m’ont tous soupçonné.
Pourquoi moi ?
Je dois avoir un don…

Note : 5/5

Mon avis :

Quel plaisir de relire cette pépite après 20 ans ! Et comme c’est une lecture commune avec Lulu, je suis ravie de savoir que, pour elle aussi, ça a été un gros coup de cœur !

La plume de Pennac est déjà magnifique. Alternant les phrases courtes, incisives et percutantes avec des envolées lyriques magnifiquement imagées, l’auteure nous offre ici l’histoire incroyable d’une famille loufoque, un peu dingue mais, d’une formidable solidarité !

Benjamin est ce que le monde peut offrir de plus beau. Un frère dévoué et aimant qui s’occupe sans sourciller de ses frères et sœurs que sa mère lui a laissé sur les bras. Indulgent et aimant, il est prêt à tout pour eux. Quant à son travail, il est loin d’être ordinaire puisqu’il est bouc émissaire au Magasin. C’est à dire que lorsqu’un client vient porter réclamation, c’est Benjamin qui est accusé d’avoir commis une faute et c’est lui qui prend tous les reproches et fait en sorte que le Magasin s’en sorte sans plaintes de la part du client mécontent. C’est pour le moins original. Mais le problème, c’est que ça lui va bien à Benjamin d’être bouc émissaire. Tellement même, que tout le monde pense qu’il est responsable des bombes qui explosent en tuant des petits vieux irréprochables mais aux passés douteux !

A la tête de sa famille hors norme et de ses amis encore plus étranges, Benjamin va essayer de comprendre tout en protégeant son frère Le Petit des ogres, en empêchant son frère Jérémy de faire encore plus de bêtises, en poussant sa douce sœur Clara de bosser plus son bac que ses photos, en faisant comprendre à sa voyante de sœur Thérèse que non, les astres ne disent pas tout et en essayant d’assurer avec Louna enceinte jusqu’aux yeux d’un docteur qui ne veut pas d’enfants. Le tout avec un chien épileptique et puant comment la mort !

Les scènes s’enchaînent à toutes allure, tantôt touchantes, parfois même dérangeantes. Avec un humour particulièrement corrosif, l’auteure nous montre aussi la lie de l’humanité. 

Bref, Au bonheur des ogres, c’est beau, c’est laid, c’est poétique, c’est ignoble, c’est triste, c’est drôle c’est plein d’amour, c’est un drôle d’ange et sa famille de dingues dont on ne peut que tomber amoureux !


Tomes suivants
La fée carabine
la petite marchande de prose
Monsieur Malaussène
Des chrétiens et des maures
Monsieur Malaussène au théâtre
Aux fruits de la passion

Alors, vous en pensez quoi?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s